Zabladowski.org


 07/01/2003
 vincent

Irreversible

de Gaspard Noé

Avec Irreversible, Gaspard- Seul contre tous -Noé relooke le thème de la vengeance froide, chère à Charles Bronson: une caméra nauséeuse, des bites, de bons acteurs, un montage renversé pour masquer la pauvreté du scénario, des images "chocs".

 07/01/2003
 vincent

Spider

de David Cronenberg

David Cronenberg filme avec son savoir-faire habituel un schizophrène, (presque) seul avec ses pensées et ses souvenirs. Pour le reste, je me permets d’insérer cet extrait de la critique du Mad Movies qui résume bien le problème de Spider : "... en s’évertuant à infliger une pensée plus qu’à proposer un questionnement, en empêchant au spectateur de construire lui-même le sens du film, et ce, en lui imposant paradoxalement des symboles lourds de sens, la vision du monde qu’à désormais Cronenberg devient vide de toute ambiguïté, et se compartimente en une succession de symboles/slogans ou d’affirmations pédantes, interdisant le doute ou la contestation ...".

 07/01/2003
 vincent

Rock Star

de Stephen Herek

Dans Rock Star, Marky Mark devient une star d’un groupe de heavy metal des années 80. C’est naïf, mais c’est parfait pour un dimanche soir.

 07/01/2003
 vincent

Tuxedo

de Kevin Donovan

Dans The tuxedo, Jackie Chan prouve (si c’était nécessaire) qu’il est une lopette et qu’il a besoin d’un smoking magique pour aligner deux coups d’affilée.

 07/01/2003
 vincent

Asa Chang and Junray - Jun Ray Song Chang

Leaf (2002)

Le label Leaf semble donner une lueur d’espoir dans le monde à bout de souffle de la musique électronique. Déjà auteur d’une excellente compilation intitulée Lost for Words qui permet de découvrir à un prix modique les merveilles qu’il a pû dénicher, Leaf a sorti vraisemblablement un des meilleurs albums de l’année 2002 avec Jun Ray Song Chang de Asa Chang & Junray. C’est délicieusement inclassable et c’est à découvrir absolument.

 07/01/2003
 laurence

La Cerisaie au Varia

Un tchekhov, pourquoi pas?
La Cerisaie, pourquoi pas?
Le Varia, pourquoi pas?

Ces trois choses, prises séparement, peuvent parfois être de bonnes idées. Le tout mis ensemble est à éviter.

Une mise en scène plate et un jeu épouvantable en "dents de scie" (surtout celui de Janine Godinas, qui nous surjoue le texte: quand elle est triste, elle est vraiment triste, quand elle est joyeuse, elle est vraiment joyeuse, mais tout ce jeu n’est que pour nous tromper, car, en fait elle est triste, car, voyez-vous, le spectateur comprend plus de choses quand plusieurs émotions se contredisent...).

Soit.

Peut-être suis-je trop sensible à ce genre de jeu qui a le don de me hérisser les quelques poils de bras. Ou, au contraire, peut-être suis-je complètement insensible à la Beauté du Théâtre.

 19/01/2003
 vincent

Massive Attack - 100th Window

Virgin (2003)

100th Window, le nouvel album de Massive Attack sortira seulement le 10 février, mais comme tout album annoncé des mois à l’avance, il est déjà disponible sur vos réseaux de partage de fichiers MP3 favoris.

Il marque sans aucun doute l’essoufflement de Massive Attack. Il est impossible d’isoler un titre fédérateur dans cette pâle version ambiante de Mezzanine, leur précédent album.

 19/01/2003
 vincent

Gangs of New York

de Martin Scorsese

Gangs of New York est un spectacle de barbarie barbante qui aurait pu avoir une dimension politique si l’univers dépeint par Martin Scorsese ne ressemblait pas à un Mad Max clownesque du 19ème siècle.

 19/01/2003
 vincent

Hollywood Ending

de Woody Allen

Woody Allen raconte l’histoire d’un réalisateur hypocondriaque qui est désespérément à la recherche du film qui le mettra à nouveau sur le devant de la scène. Le film est à la mesure de ce réalisateur joué par Woody Allen : "relativement souple et plein d’assez bonnes idées".

 19/01/2003
 vincent

Frailty

de Bill Paxton

Réalisé par Bill Paxton, un acteur connu pour avoir joué dans d’ignobles conneries comme Twister et Vertical Limit, Frailty est un film qui peut choquer les esprits sensibles (entendez par là: des membres de comités blancs). Il conte l’histoire d’un père qui, parce qu’il se croit investi d’une mission divine, tente de transformer ses jeunes enfants en tueurs en série. Cette réalisation honnête vaut par son retournement de situation final qui brise magistralement la logique manichéenne des films hollywoodiens.

 19/01/2003
 vincent

Nick Cave and The Bad Seeds - Nocturama

Prévu pour le 10 février, Nocturama, le nouvel album de Nick Cave & The Bad Seeds est, bien entendu, déjà disponible sur les réseaux de partage de fichiers MP3.

Nocturama est dans la droite lignée des précédents albums de Nick Cave: un mélange de sombres ballades (parfois sirupeuses), d’envolées joyeusement troublantes et pour la première depuis Let Love In, de mélodies furieusement électriques (mais bon, c’est dans l’air du temps), le tout lié par la voix du crooner caverneux qu’est Nick Cave.

 27/01/2003
 ivan

Deux ans après

d’Agnès Varda

Pour ceux qui ont vu Les glaneurs et la glaneuse d’Agnès Varda, voici Deux ans après, la suite.

Le principe reste le même: glaner des images, des faits et gestes anodins (mais non dénués de sens).

Cette fois-ci, le point de départ des périples d’Agnès Varda à travers la France à la recherche de ces gens qui perpétuent ce geste: glaner, est le courrier et le retour qu’elle a pu avoir après son premier opus. Elle retrouve des gens qu’elle a déjà croisés, elle en rencontre d’autres, suite à un courrier qui l’a émue, elle complète son oeuvre. Au-delà des multiples prix qu’elle a pu recevoir pour son film, sur quoi elle ne s’attarde pas trop, il y a quelque chose de continu, qui, mis en avant par son film, n’en reste pas là; ce qu’elle nous raconte n’est pas une fiction, ce sont des gens vrais, dans leur vie propre, et qui répètent d’une façon ou d’une autre, par nécessité ou par choix, un geste ancestral (glaner est un geste lié à la survie).

Si son oeuvre est touchante, de par la spontanéité et le côté vrai des gens qu’elle rencontre, je suis moins convaincu par ses apparitions personnelles. Déjà dans "les Glaneurs...", ses apparitions à l’écran, et ses commentaires sur sa propre personne me semblaient superflus et non avenus (un protagoniste présent déjà dans la première partie lui en fera d’ailleurs la remarque). Dans celui-ci, c’est pareil, en rapport avec les propos vrais et spontanés des gens qu’elle filme, le sien semble trop préparé et pompeux. Elle n’a pas besoin de se justifier, son film parle de lui-même, et à l’image des gens qu’elle rencontre, son film n’est rien d’autre qu’une façon parmi tant d’autres de glaner. C’est simple et beau.

 29/01/2003
 ivan

Demonlover

d'Olivier Assayas

J’avoue être sorti perplexe de la projection de Demon Lover d'Olivier Assayas. C’est un film assez inégal ; autant certains passages m’ont captivé, autant d’autres m’ont amené à compter les sièges vides.

C’est vrai que le film dure deux heures, et qu’il est parsemé de longs passages d’une lenteur sensée laisser le temps aux personnages de prendre forme. Mais on a rapidement saisi la consistance des caractères, et ces scènes deviennent à force une redite. Le seul personnage qui évolue, est celui de la protagoniste principale, une "espionne économique" qui, croyant maîtriser le jeu, est entraînée en réalité vers une lente descente aux enfers , et si pendant une longue partie du film cette évolution vers la perte de sa personnalité et de son image est très habilement rendue, vient un moment où on décroche, le film n’apporte plus rien.

Le film commence comme un bon thriller -en l’occurrence autour du commerce cyber-porno , avec tous les éléments nécessaires pour nous tenir en haleine. L’histoire en réalité n’est pas complexe, mais Assayas mêle à ceci toute une somme de procédés graphiques et de comportements "contemporains" (est-ce réellement contemporain ?) qui donnent à l’ensemble un aspect dense et intrigant.

Au cours d’une scène, le visage de Connie Nielsen se pixelise sous l’effet de la pluie sur le pare-brise de sa voiture, quand des réalisateurs de mangas pornos japonnais font une démonstration, on est immergé complètement dans le produit, manga ou jeux vidéo, quand les acteurs zappent sur la TV de leur chambre d’hôtel, on ne perçoit pas la scène de l’extérieur, mais l’écran devient écran TV et c’est nous qui zappons, toutes les images qui influencent les personnages nous sont destinées en réalité. Tous ces procédés ancrent le film dans son époque. Ce film, au-delà du thriller sur fond de guerre impitoyable à laquelle se livrent les sociétés dans un contexte économique sans concessions, est en quelque sorte un hymne à l’image, un film voué à notre société soumise à l’hégémonie de l’image.

 

Si le film parvient à se nourrir du contexte -l’époque- duquel il est issu dommage que la fin prenne un ton moralisateur qui dénature la justesse du propos.

 29/01/2003
 ivan

Rocky Horror Picture Show

Un film culte d’après certains, une bande de joyeux drills et un public averti ; voilà les composants de cet " happening interactif " qui chaque samedi soir prend possession d’une salle d’un petit cinéma parisien de la rue Galande (6è arr.).

Imaginez des gens devant leur film culte, ils connaissent toutes les répliques, tous les plans, tous les faits et gestes des protagonistes ; poussons le vice (car s’en est un, je pense) : ils ont analysé ce film de A à Z et en ont extrait toutes les références avouées ou non à d’autres films plus cultes les uns que les autres.

Autour d’eux, il y a des gens convaincus comme eux qui sans hésiter prendront part à leur délire, et d’autres à qui ils aimeraient insuffler ce plaisir débordant qu’ils prennent à regarder ce film. Alors pour couronner le tout, ils se parent de la copie conforme du costume d’un des acteurs du film, chacun le sien (auquel on leur trouve d’ailleurs étrangement des traits de ressemblance frappants). Et ils s’en donnent à coeur joie, ponctuant la projection de nouvelles répliques s’intercalant parmi les dialogues originaux, se déplaçant sur la scène devant l’écran et dans la salle entre -voir sur- les spectateurs, ajoutant une troisième dimension à la planéité de l’écran. Ils entrent en interaction avec le film, avec le public.

On danse quand, dans le film, on danse (car c’est une comédie musicale), on jette du riz quand, dans le film, on se marie, on jette de l’eau quand, dans le film, il pleut,... et bien des choses se passent encore au cours du film.

Une certitude : la finesse n’est pas ici de mise, l’humour y est assez lourd, mais l’esprit y est bon enfant, et l’on y passe une soirée inoubliable.
Pour plus d’infos sur le film en lui-même et son histoire, pour le cast sur scène et d’innombrables autres choses encore, y compris des photos des séances précédentes..., je vous renvoie au site http://www.sweet-transvestites.com/.

2002   2003   2004   2005   2006  


janvier 2003

Irreversible
Spider
Rock Star
Tuxedo
Asa Chang and Junray - Jun Ray Song Chang
La Cerisaie au Varia
Massive Attack - 100th Window
Gangs of New York
Hollywood Ending
Frailty
Nick Cave and The Bad Seeds - Nocturama
Deux ans après
Demonlover
Rocky Horror Picture Show


février 2003

mars 2003

avril 2003

mai 2003

juin 2003

juillet 2003

août 2003

septembre 2003

octobre 2003

novembre 2003

décembre 2003